Votre site web respecte-t-il ces 6 commandements de l’UX ? (1/2)

Rappel gratuit

Un conseiller vous rappelle immédiatement

Rappelez-moi
Rappel
Gratuit

Dans un de nos précédents billets, nous vous avions présenté le Growth Hacking. Maintenant, c’est au tour de l’UX d’être sous les feux de la rampe. Cet acronyme un peu barbare ne désigne ni plus ni moins que l’Expérience Utilisateur (User eXpérience en anglais). Concept paru en 2000, il voit sa popularité croître depuis les années 2010, et pour cause ; avec la croissance du digital, l’UX est devenu l’un des piliers de l’expérience client. Il qualifie « le ressenti d’un utilisateur qui découvre une interface homme machine […] en tenant compte du résultat de cette expérience ».

Afin d’offrir une expérience optimale aux visiteurs de votre site, ce dernier doit respecter les 6 commandements de l’UX. Pour définir ces règles, nous nous sommes inspirés du modèle de Magnus Revang, un expert dans ce domaine. Voici le premier volet de cet article.

1. Votre domaine doit être facile à trouver.

Cohérent

Votre nom de domaine correspond probablement à l’appellation sous laquelle votre e-commerce est connu. Si ce n’est pas le cas, les internautes mettront plus de temps à vous trouver, en ne tapant pas les bons termes dans les moteurs de recherches. Certains risquent d’être décontenancés. Ils se sentiront notamment méfiants à l’égard de votre domaine, en se demandant s’il ne s’agit pas d’un autre site marchand ou d’une arnaque.

Bien référencé

Le premier point n’est pas problématique si vous possédez un bon positionnement, dans les résultats Google par exemple. Travailler votre SEO (Search Engine Optimization) n’est pas une option . Qui dit SEO, dit de bons mots-clés, un code HTML propre, une sitemap, mais aussi un SMO (Search Media Optimization) soigné. Vous pouvez vous aider des Adwords, comme d’une stratégie de Content Marketing efficace. Si vous n’arrivez définitivement pas à faire remonter votre site web parmi les résultats de recherche, n’hésitez pas à confier ce boulot à des spécialistes en externe.

Sécurisé

La cyber-sécurité est un point souvent négligé lorsqu’on parle d’UX. Pourtant, cette notion est capitale. Par exemple, un individu malveillant peut reprendre le nom votre entreprise dans son domaine, si celui-ci est vacant, afin de tirer profit de votre popularité. Ce type de « cyber-squattage » est répandu, d’où l’intérêt d’avoir une adresse web à son propre nom, dès le début. Vous avez peut-être déjà pris vos marques. Le hic ? Une autre pratique, dite « typo-squattage »,  réside dans le fait de volontairement mal-orthographier votre nom de domaine, afin de détourner le trafic de votre site. Tous les internautes ayant fait une faute de frappe seront alors re-dirigés vers le site du hacker. Résultat : une expérience utilisateur qui tourne au cauchemar, avec hameçonnage, Chevaux de Troie, et autres joyeux virus. Des entreprises telle que SafeBrands proposent des services pour protéger votre identité. Et comme rien ne vaut une illustration, voici un GIF assez explicite (cliquez sur l’image).

typosquattage

2. Le contenu doit être accessible.

Partout

Montres connectées, mobiles, tablettes, ordinateurs portables ou écrans plats de télévision : les terminaux se multiplient. Votre site doit être compatible, ainsi que son contenu. La technologie utilisée doit aussi répondre aux normes, sans cesse renouvelées, des navigateurs et systèmes d’exploitation. Un véritable chantier informatique, qui permet néanmoins de ne pas perdre bêtement des visiteurs. Car, si pour naviguer de la télé au web, le client ne veut pas bouger son séant de son sofa, il est ROI. Vous ne pouvez pas le forcer à prendre une route par laquelle il ne veut pas passer. C’est donc à vous d’amener votre e-commerce sur son écran.

utilisation appareil connecté français

Tout le temps

3 consommateurs sur 5 n’attendent pas plus de 3 secondes le chargement d’une page. Tant mieux, car la vitesse de chargement joue aussi dans le SEO. Vous ferez donc d’une pierre deux coups en l’améliorant. De même, rien de plus frustrant que de vouloir faire un achat et de tomber sur un site… En maintenance. Ne gâchez pas la bonne volonté du futur client, proposez-lui une alternative. Créez une « page d’attente » sympa à la place de celle de votre hébergeur, ou faites un site miroir. Afin d’éviter que votre serveur ne plante trop souvent, ou que votre site ne se charge lentement, prenez garde aux attaques DDoS. Mêmes les plus petits sites peuvent en être victimes.

Par tout le monde

En France, la proportion de malvoyants ajoutée à celle des daltoniens équivaut à 5,8% de la population, soit 3,8 millions de personnes. Vous perdez de nombreux potentiels clients si votre site n’est pas adapté. Sans compter les nombreux handicaps physiques qui peuvent compromettre la navigation ordinaire. Le gouvernement prodigue de multiples recommandations à ce sujet, ici.

 

3. L’interface doit être attrayante.

Visible

Dans notre article autour des 65 chiffres sur la relation client en e-commerce, nous vous apprenions que 93% des consommateurs considèrent le web design comme étant l’élément clé lors d’un achat. Votre site doit inviter le consommateur à s’immerger dans une véritable expérience visuelle – voire auditive. Renforcez l’identité de votre marque. Mettre le logo en haut de vos pages ne suffit plus. Ayez une charte graphique unique, respectant les contraintes du marketing. L’A/B testing répondra à vos questions sur l’organisation de l’UI (User Interface). Par exemple, le site de Trainline, ex CaptainTrain, concurrence actuellement Voyages SNCF grâce à leur UX sans reproche : leur design mêle le beau et l’utile avec efficacité.

trainline exemple

Lisible

Le design, aussi beau soit-il, ne doit pas être un obstacle à la lecture du contenu.  Au contraire, il doit faciliter sa compréhension. En graphisme, la tendance est au less is more : évitez des maux de crâne à vos visiteurs en aérant votre site. N’utilisez pas trop de couleurs vibrantes et saturées, qui auront tôt fait de fatiguer les yeux. Trop de distractions visuelles déconcentreront l’internaute de son but : s’informer et/ou acheter vos produits. Gardez un oeil sur l’orthographe et la syntaxe de vos textes, afin de ne pas hérisser le poil des maniaques de la grammaire. N’hésitez pas à faire un tour sur le site de Bescherelle Ta Mère, pour découvrir comment sont tournés en dérision les commerçants au français douteux.

Pour résumer la première partie de cet article, vous devez vous focaliser sur les trois points suivants : votre site doit être facile à trouver, son contenu accessible, et son design attractif. Vérifiez si vous validez ces étapes avec succès, et découvrez les trois dernières règles indispensables à votre UX dans quinze jours. The last but not the least !

Partager sur : Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on LinkedInShare on Google+Email this to someone
About Watcheezy
Watcheezy est la solution de relation client instantanée multicanale qui booste votre taux de conversion.